Les organisateurs

c-reginaChristophe Regina : Professeur-formateur d’Histoire au sein de l’ESPE Midi-Pyrénées, Christophe Regina est chercheur au FRAMESPA et chercheur associé à l’UMR 7303 Telemme-MMSH Aix-en-Provence.
Historien de la justice, des femmes et du genre, Christophe Regina a soutenu à l’Université d’Aix-Marseille en 2012 sous la direction de Martine Lapied et de Gilbert Buti et sous la présidence d’Arlette Farge, une thèse intitulée, Femmes, violence(s) et société, face au tribunal de la sénéchaussée de Marseille (1750-1789).
Il a successivement enseigné à l’Université d’Aix-Marseille, tant au sein du département d’histoire qu’au sein de l’ESPE. Il enseigne actuellement à l’ESPE Midi-Pyrénées.
Ses travaux sur les femmes l’ont conduit à considérer la manière dont le pouvoir judiciaire contribuait à structurer les réseaux de sociabilité et de quelles manières il était instrumentalisé par les justiciables pour reconfigurer le lien social. Il travaille également sur la question de l’éducation des femmes sous l’Ancien Régime et plus récemment il s’est montré attentif à la place des femmes dans les nouveaux programmes d’histoire.

Auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles, Christophe Regina a également co-dirigé plusieurs ouvrages et participé à de multiples manifestations scientifiques à l’échelle nationale et internationale.
Parmi ses ouvrages, on peut citer :

  • Genre, mœurs et justice. Les Marseillaises et la violence au XVIIIe siècle, Aix-en-Provence, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, « Penser le genre », 2015
  • Dire la violence. Les femmes et la justice à Marseille au XVIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, « Esprit des Lois, Esprit des Lettres » (en cours de publication).

Parmi les ouvrages qu’il a co-dirigé, on peut citer :

  • Christophe Regina, Stéphane Minvielle (dir.), Crimes familiaux, tuer, voler, frapper les siens en Europe du XVe au XIXe siècle, Annales de démographie historique, n°2015-2, 2016
  • Christophe Regina, Lucien Faggion (dir.), La manipulation : droit, justice, société de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Classiques Garnier, POLEN, 2016.

c-borelloCéline Borello : Diplômée de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence en 1995, agrégée d’histoire en 1996, Céline Borello a soutenu une thèse d’histoire en 2001 – Les protestants de Provence au XVIIe siècle (H. Champion, 2004, préface de Michel Vovelle) -, un diplôme post-doctoral de l’EPHE en 2011 – Du Désert au Royaume. Parole publique et écriture protestante (H. Champion, 2013, préface de Philippe Joutard) – ainsi qu’une habilitation à diriger les recherches, en 2015, sous le parrainage de Philippe Boutry à l’université Paris I Panthéon Sorbonne – « Le protestant et le sauvage : modalité de vie commune et paroles publiques (XVIIe-XIXe siècle) ».

Après avoir enseigné aux universités d’Aix-Marseille et Nice, elle a été élue maître de conférences en histoire moderne à l’université de Haute-Alsace en 2003, et elle a effectué un séjour en délégation, de 2005 à 2007, à l’université de la Polynésie française (Tahiti). Depuis septembre 2016, elle est professeure en histoire moderne à l’université du Maine-Le Mans et directrice du CERHIO-Le Mans (UMR 5862). Depuis la parution de sa thèse, dans laquelle elle avait appréhendé le sort de la minorité huguenote sous le régime de l’édit de Nantes, ses recherches s’orientent vers l’étude des rapports interchrétiens (en France et en Océanie) dans une perspective d’examen du pluriconfessionalisme sur le temps long du XVIIe au XIXe siècle. Ses travaux portent également sur l’analyse des discours théologiques et politiques protestants (réformés et luthériens), de la fin de l’Ancien Régime à la IIe République. Plus spécifiquement, elle s’intéresse à la prédication protestante des XVIIIe et XIXe siècles, en lien avec la chose publique et le bien commun, ainsi qu’à des figures politico-religieuses des périodes révolutionnaire et impériale, parmi lesquelles le pasteur et député Rabaut Saint-Étienne.

Ses travaux constituent ainsi un point de rencontre entre les recherches sur l’histoire religieuse, politique et culturelle, les mutations des pouvoirs et leur appropriation par le corps social. Parmi les entreprises collectives qu’elle a dirigées, on peut citer les volumes Les Œuvres protestantes en Europe (PUR, 2013) et Questions d’appartenance : les identités de l’Antiquité à nos jours (Orizons, 2015, en collaboration avec Airton Pollini) ou le dossier Argumenter. Rhétorique sacrée et éloquence profane – XVIe-XVIIIe s. (revue Histoire, monde et cultures religieuses, 2015/3).


g-vickermann_ribemontGabriele Vickermann-Ribémont : Romaniste de formation allemande, Gabriele Vickermann-Ribémont est aujourd’hui Professeur de Littérature comparée à l’Université d’Orléans. Elle s’intéresse depuis de nombreuses années aux liens entre l’histoire des idées et la littérature et plus particulièrement à l’influence du droit sur celle-ci. C’est dans cette thématique que s’inscrivent ses récents travaux sur les rapports entre le droit, les genres judiciaires et la littérature en France et son habilitation sur les liens entre les droits matrimoniaux et la comédie en France, en Angleterre et dans l’Empire germanique, à la fin du XVIIe et au XVIIIe siècles.